top of page
  • Audrey Beaufort

critique du film Past Lives


Vous repensez souvent à votre crush de l’école ? Vous vous demandez parfois ce qu’il se serait passé si vous aviez osé lui avouer vos sentiments ? Vous faites partie des gens qui, une fois sous la douche, se font des scénarios à coup de « et si ? » pour à peu près tout et n’importe quoi ? Allez, venez avec moi, Past Lives va vous parler. Et si vous ne faites pas partie des catégories susnommées, venez quand même, ce film pourrait vous surprendre ou vous charmer.

 

Ça raconte quoi Past Lives ? Attention, si vous ne voulez vraiment aucune révélation sur le film, passez à la partie suivante.


Na Young a 12 ans lorsqu’elle émigre au Canada avec ses parents. Elle quitte sa Corée du Sud, son école et son meilleur ami Hae Sung. Celui-ci lui fait alors ses adieux sans lui avouer qu’il l’aime peut-être un peu plus qu’un ami.

Douze ans plus tard, Na Young, qui se fait désormais appeler Nora, vit à New York et écrit pour le théâtre. Hae Sung, quant à lui, vit toujours en Corée du Sud où il termine ses études. Internet leur permet de reprendre contact un peu par hasard mais au bout de quelques semaines de discussions et en voyant qu’ils ne pourraient pas se revoir avant longtemps, Nora préfère prendre ses distances.

Douze ans ont encore passé quand Hae Sung vient la rejoindre à New York. Vont-ils tomber dans les bras l’un de l’autre ? Auront-ils l’étincelle fantasmée depuis toutes ces années ? Font-ils partie d’une ancienne vie, finalement ? Ce séjour leur apportera peut-être des réponses.



©ARP Sélection


Oui, mais ça parle de quoi finalement ?

Si vous vous attendez à passer un peu moins de deux heures devant une comédie romantique, avec une histoire cousue de fil blanc, passez votre chemin. Past Lives est un film sur les relations plus qu'un film d'amour à proprement parler. Il nous expose, avec peu de mots finalement, les questionnements de nos deux protagonistes. Je dis qu’il y a peu de mots car le film décide de jouer davantage sur les regards et surtout sur les silences lorsque nos deux personnages principaux sont réunis. Des moments de silence, le film n’hésite pas à nous en donner. Ces moments où il peut se passer mille choses dans la tête avant de dire ou de faire quelque chose qui pourrait changer le cours de notre histoire. Ils sont aussi l’occasion pour le spectateur d’essayer de déchiffrer les regards et d’imaginer les pensées. Veut-il lui dire qu’il l’aime, là, tout de suite ? A-t-il peur ? Est-ce de la gêne et n’ont-ils finalement plus rien à se dire ? Autant de questions qui m’ont traversé l’esprit durant ces instants suspendus et ces regards échangés dont nous sommes les témoins.


Généralement je n’aime pas trop les scènes où il ne se passe rien, mais là, allez savoir pourquoi, j’en ai aimé toutes les secondes. Tous les regards sans mot et tous les moments d’attente.



©ARP Sélection


Une grande partie du film est basée sur le questionnement universel : « Et si ? ».


Et si l’un d’eux avait pris la parole pour avouer ses sentiments avant que Na Young quitte la Corée ? Et si ce qui existait entre eux n’a finalement été que du fantasme et qu’il vaut mieux continuer son chemin séparément ?


Ces questionnements, sur la vie en général, mais aussi sur nos relations, nous en avons tous eus (ne dites pas non, je sais, nous savons) ce qui permet finalement de parler au plus grand nombre. Car Past Lives est un film « simple » dans le sens où il n’y a pas de fioritures et où il expose des personnages attachants et sincères même s’ils sont un peu paumés. Des personnages que nous pourrions être ou connaître et qui sont ancrés dans la réalité.


Ce que j’ai aimé dans ce film, c’est que nous n’avons pas de grande scène dans Central Park pour une demande en mariage qui se termine au coucher du soleil ni d’infidélité découverte dans une dispute où volent des assiettes. Personne n’a ici volonté de se faire du mal, ni de se mentir. Il y a seulement des situations plus compliquées que d’autres et des mots difficiles à prononcer parfois. Nous avons « simplement » ici deux personnages qui se questionnent sur leurs choix de vie passés, présents et futurs (un comble quand le titre même du film parle d’anciennes vies) et qui se demandent s’ils sont à leur place.


Parlons de ces anciennes vies pour finir. Le film nous en parle donc dès son titre mais qu’est-ce que cela veut dire ? Pas de voyage dans le temps ici, ni de création de vies parallèles à la façon de Everything Everywhere All at Once (Daniel Scheinert et Daniel Kwan, 2022), car je le répète, c’est un film ancré dans la réalité. Non, ce que nous offre le film sur ce sujet est encore et toujours la même chose : des questionnements. Sommes-nous destinés à rencontrer et à être avec quelqu’un ? Avons-nous déjà vécu une ou plusieurs anciennes vies avec la personne qui se trouve en face de nous ? Les choix sont-ils irréversibles ?


Que vous soyez sensibles à tout ce qui touche à la destinée ou non, je pense que ce film poétique, léger et un peu maladroit à la fois saura vous rendre attachants nos deux protagonistes. Je vous laisse d’ailleurs découvrir par vous-même ce que pense Nora et Hae Sung de tout cela.


Mon plan préféré : Lorsque les deux préados se disent au revoir et prennent littéralement deux chemins différents, filmés jusqu’au bout. Une partie de ce moment est visible dans la bande-annonce et je le trouve très beau et significatif de ce qui est en train de se passer dans leur vie à ce moment-là. Pas besoin de paroles superflues, tout est là. Simple mais efficace.


©ARP Sélection


Ce que le film n’est pas : Un remake de Quand Harry rencontre Sally (Rob Reiner, 1989), même si la structure de l’histoire - des rendez-vous et des rencontres à plusieurs moments de vies de deux personnages - peut y faire penser.


Infos en + : Past Lives est le premier long métrage de la réalisatrice Celine Song et il a été nommé dans la catégorie Meilleur film et Meilleur scénario original pour les Oscars 2024.


Comments


bottom of page