• Patrick Maurus

Édito août 2022



Pusan 2030


Rarement la visite d’un premier ministre de la République de Corée sera passée à ce point inaperçue. Il était sans doute difficile de prévoir que les soubresauts de l’agenda politique et sanitaire français allait à ce point perturber son voyage, mais n‘est-ce pas le rôle du service de presse d’une ambassade que de s’y préparer ? Cependant l’essentiel reste le motif de ce voyage. Le Premier Ministre Han Duck-soo est venu en France faire la promotion (arracher le vote de la France) de l’Expo universelle 2013 à Pusan (Busan). Donc de devancer Moscou, Rome, Odessa et Riyad. Adversaires considérables, mais tous affaiblis par l’actualité. Il faut aussi considérer le fait que l’Expo 2025 aura déjà lieu en Extrême-Orient (Osaka), de plus avec un thème très proche, « Concevoir la société du futur, imaginer notre vie de demain ». Pour Pusan, « Transformer notre monde, naviguer vers un avenir meilleur ». On reste toujours sans voix devant l’absence totale d’imagination des hauts-fonctionnaires surpayés accouchant de telles merveilles ! Gagnants précédents, Dubaï et Milan. L’adjectif « universel » prend une saveur toute particulière.


Mais peut-être peut-on profiter de l’occasion pour réfléchir à quelque chose de moins banal. Ce que le comité responsable cherche à nous vendre, c’est le Moderne, à la sauce sud-coréenne. Pourquoi pas. Cela nous vaut, dans un français original, des photos à dominante bleue (la mer, le ciel, l’avenir) soulignant tout ce qui, dans cette métropole, fait moderne. Ponts et gratte-ciel en priorité. Et le port de Pusan, prêt pour le troisième millénaire, abritant seulement des voiliers… C’est entendu, sauf à de très rares exceptions, les occurrences du Moderne sont positives en Corée. Le Moderne est bon, il n’y a pas à en douter. Pétition de principe qui est certainement pour beaucoup dans le volontarisme coréen.

Encore une fois, pourquoi pas. Mais il s’agit ici de convaincre le reste du monde qui ne sera pas toujours fasciné par des clichés de nuit (presque tous ceux du fascicule de présentation). Même sans cette tentative un peu benête pour faire avaler la pilule, l’ignorance réciproque entre nos deux cultures est-elle toujours aussi grande ? Ou bien, hypothèse plus rassurante, n’est-elle le fait que de bureaucrates du chiffre ? Ignorent-ils donc que nos conceptions du Moderne (du moins en France), sont pratiquement inverses ? Ce qui est toujours positif à Séoul est systématiquement l’objet d’un débat à Paris, où ce Moderne est toujours à la fois le nouveau, le plus, le meilleur, en même temps que l’anonyme et le destructeur du passé. Proche de l’Objet (qui me rend plus fort et en même temps me déshumanise). Alors, symboliser et imager son projet « universel » par une autoroute urbaine qui non seulement contourne la ville par la mer mais passe devant une des plages de la ville prouve que les responsables n’ont pas été payés pour leurs neurones ! Qu’importe, ils ont trouvé un boulot pour huit ans…



© Illustration de Julien Saint-Sevin Inspiration via Wikimedia Commons